Caisse unique : augmenter les coûts en réduisant le choix!

Nous allons (encore une fois, après celles de 1994, 2003 et 2007, dont toutes balayées par plus de 70% des voix !) devoir nous prononcer le 28 septembre prochain sur l’initiative populaire « Pour une caisse publique d’assurance-maladie », visant à remplacer les 61 caisses-maladies pratiquant l’assurance obligatoire des soins. Les JDCVr recommandent de rejeter encore une fois cette aberration. En effet, la caisse unique ne résout aucun problème !

« Je vais payer moins cher… »

NON, car les coûts de la santé continuerons leur progression. Les progrès de la médecine, la demande accrue de soins et le vieillissement de la population expliquent cette croissance des dépenses.

Le changement d’un système à un autre engendrera également des coûts de transition supplémentaire (entre 1,7 et 2,3 milliards, selon l’Institut d’économie de la santé de Winterthur, faite en 2013 !), financé par nos impôts… évidemment !

De plus, les primes d’assurance-maladie seront fixées par le personnel soignant et les cantons dont dépendent les dépenses. Autant couvrir les coûts qu’ils occasionnent (ainsi que leurs salaires !).

Par contre, nous devrons craindre que l’absence de concurrence entraîne les dépenses et les primes vers le haut car la caisse unique n’aura plus à se soucier d’offrir le meilleur rapport prestations/prix.

« Je vais pouvoir choisir ma franchise et un système de médecin de famille ou de télémédecine… »

NON, des rabais ne seront plus possibles. Chaque assuré devra payer une même prime uniforme dans son canton. Les modèles particuliers (médecin de famille, télémédecine) ou les franchises à option ne seront plus possibles et donc les rabais disparaîtront, ce qui signifie une forte augmentation de primes pour ces assurés.

« Je vais également pouvoir choisir mon médecin… »

NON, car plus un système de santé est étatisé et plus le libre choix du médecin est limité.

« Je vais toujours pouvoir choisir ma caisse-maladie… »

NON, le libre choix de l’assureur sera supprimé. Satisfait ou pas… c’est le même prix ! D’où la concurrence actuelle qui est un point relativement important.

« Tout le monde va garder sa place de travail… »

NON, et les plus touchés serons les régions périphériques et les petits cantons, plus de

5’000 personnes seront concernées. Et quelques 800 emplois en Valais !

« Je vais garder mon assurance complémentaire regroupée avec mon assurance de base… »

NON, la population se retrouvera avec deux systèmes d’assurance, avec la nécessité de savoir, pour chaque facture, à qui l’envoyer. Ce dédoublement compliquera les démarches et occasionnera automatiquement une augmentation des charges administratives. 80% des assurés ont regroupé assurance de base et complémentaires auprès d’un même assureur.

« Il y aura de toute façon de l’innovation et un service de qualité… »

NON, car actuellement les assureurs innovent et développent de nouveau produits qui permettent une saine concurrence et un choix étendu pour tout un chacun. Une institution monopolistique n’a pas du tout cet intérêt.

Une caisse unique sans concurrence n’est pas sanctionnée par les assurés mécontents qui ne pourront plus opter pour un autre assureur. Comme dit plus haut, satisfait ou pas, nous n’aurons plus le choix !

« Ça sera comme la SUVA… »
NON, à titre de comparaison voici quelques chiffres qui nous montrent d’une manière on ne peut plus claire que la comparaison est parfaitement impossible.

Coûts de la santé
SUVA : 1 milliard de francs

Assureurs-maladie : 28 milliards de francs

Frais généraux
SUVA : 12% en moyenne

Assureurs-maladie : 5.4% en moyenne

Population assurée

SUVA : population active, de 20 à 65 ans, plus jeune et moins coûteuse en termes de besoins de santé

Assureurs-maladie : toute la population durant toute la vie

La caisse unique est donc un projet coûteux, hasardeux et comprenant beaucoup trop d’incertitudes ; il paralyserait le système de santé durant de nombreuses années ; et qui ne se penche en aucun cas sur le vrai problème, à savoir l’augmentation des coûts de la santé.

Pour les JDCVr,

Yannick Ruppen,
Président
079 388 05 33
yannick_ruppen@bluewin.ch

Sarah Dischl,
Membre du comité
079 274 42 47
sarahdischl@gmail.com

Ce communiqué au format PDF

Catégorie: Positions | Commentaires fermés sur Caisse unique : augmenter les coûts en réduisant le choix!

Comments are closed.