Pour des JO durables et à taille humaine

Les JDCVr se positionnent en faveur de la candidature de Sion 2026 pour des Jeux Olympiques d’hiver durables et à taille humaine. Les JDCVr ne disent pas oui « par principe » ou « par simple idéal olympique » mais soutiennent un projet réaliste, économiquement supportable, durable, se basant principalement sur l’existant et qui souhaite repositionner le tourisme valaisan sur la scène internationale. Les JDCVr sont conscients des échecs des précédents Jeux Olympiques qui étaient orientés vers le prestige et non la fête sportive. Le projet de Sion 2026 est tout autre. Il souhaite casser cette manière de faire complètement dépassée, c’est pourquoi nous déplorons les titres ambigus de nombreux médias ainsi que les raccourcis faits par plusieurs groupements et partis politiques.

« POUR LES JO 2026, NOUS ALLONS DEVOIR CONSTRUIRE ENORMEMENT D’INFRASTRUCTURES QUI DES LA FIN DES JEUX SERONT LAISSEES A L’ABANDON »

Cela est faux. Le projet de Sion 2026 se veut durable car il prévoit d’utiliser dans la mesure du possible, les infrastructures existantes. Quant aux installations qui seront construites, elles auraient été réalisées de toute manière pour une grande majorité de projets. On peut citer l’exemple de la nouvelle patinoire de fribourg ou du hall de curling à Viège ainsi que le projet de liaison plaine- montagne entre Sion et Veysonnaz.
Les JDCVr sont convaincus par ce projet car il se veut durable et économiquement supportable.

« LE BUDGET DE SION 2026 POURRAIT EXPLOSER »

Lors des derniers JO à Sotchi en 2014 et au Brésil en 2016, les gros dépassements de budget se sont produits à cause des nouvelles infrastructures créées pour accueillir ces Jeux. Or, dans le projet de Sion 2026, la grande majorité des installations est déjà existante. Le risque que le budget « explose », comme annoncé dans la presse, est donc quasiment inexistant. Les gens qui s’opposent aux JO en Valais, semblent oublier le sérieux des autorités suisses dans l’organisation de grands événements et dans la tenue des budgets.

« LES 300 MILLIONS DE FRANCS DESTINES A LA SECURITE SONT BEAUCOUP TROP BAS ET TOTALEMENT IRREALISTES SELON LES EXPERTS »

Les 300 millions de francs budgétisés pour les JO 2026 ont fait l’objet de deux expertises par des bureaux indépendants.
Le montant alloué à la sécurité de l’Euro 2008 était de 70 millions de francs. Le comité olympique a tenu compte de l’évolution de la société depuis 2008 en prévoyant un budget plus élevé de 230Millions. Tout en sachant qu’un événement comme l’euro est bien plus contraignant au niveau sécuritaire que des Jeux Olympiques. Par exemple, une course de ski de fond dans la vallée de Conches ne demandera pas le même nombre de policiers qu’un match de l’Euro France/Angleterre.
Souvent, l’exemple des JO de Vancouver est cité car le budget alloué à la sécurité a été dépassé de près de 800 millions. Il faut savoir qu’à l’époque les 200 millions prévus initialement avait été calculés par le comité d’organisation sans en référer aux autorités. Le comité avait clairement sous-estimé le nombre de sites à sécuriser. Or dans le cadre de Sion 2026, quasiment tous les éléments sont d’ores et déjà connus par le comité et la Confédération. Des dépassements comme ceux connus aux jeux de Vancouver sont donc impossibles ! Finalement, dans le budget sécuritaire, 30% de réserve sont prévus. Les JDCVr font confiance au sérieux du comité ainsi qu’aux experts dans la mise sur pied des budgets.

« 2 MILLIARD POUR 2-3 SEMAINES C’EST CHER PAYE »

Sion 2026 ne représente pas seulement 2 semaines de sport, c’est avant tout 4 milliards de téléspectateurs, une visibilité internationale unique, un tremplin pour l’économie suisse, une mise en avant du « swiss made », une voie pour la formation d’une toute nouvelle génération de sportifs, le moyen de soutenir des projets de construction déjà existants, la possibilité de réinventer les JO selon l’agenda 2020 et finalement un fantastique challenge pour notre pays et nos cantons. C’est également un avant et un après. En amont, les JDCVr s’engageront pour que de nombreuses associations valaisannes créent des événements en lien avec les JO, que des étudiants de la HES-SO Valais-Wallis puissent partager leurs idées au comité de pilotage au travers de projets d’études, que les acteurs touristiques profitent de l’occasion pour se réinventer et pour créer des synergies. Au terme des Jeux, nous pensons que la dynamique positive persistera et se sentira dans l’économie valaisanne.

« JE TROUVE CHOQUANT LA FACILITE AVEC LAQUELLE ON TROUVE 1 MILLIARD POUR LES JEUX, ALORS QUE LE MEME JOUR LE CONSEIL FEDERAL S’OPPOSE A UN CONGE PATERNITE PARCE QU’IL LE TROUVE TROP CHER » CITATION DE MATHIAS REYNARD »

Il ne faut pas tout mélanger. Les deux projets peuvent être réalisés et le peuple aura le dernier mot. Les valaisannes et valaisans pourront se prononcer sur le projet des JO d’hiver Sion 2026 en juin prochain et l’initiative pour un congé paternité passera devant le peuple suisse.

« ON CHANGE CONSTAMMENT DE LIEU POUR LE VILLAGE OLYMPIQUE, C’EST PAS SERIEUX » « SION, VILLE OLYMPIQUE, N’A QUE 5 HOTELS »

Le projet est loin du gigantisme des précédentes éditions et c’est pour cela qu’on ne construit pas 100 hôtels supplémentaires à Sion. Au contraire, il est souhaitable que les spectateurs soient répartis dans tous le Valais et même dans les autres cantons.
Le logement des athlètes se fera dans des habitations qui serviront ensuite aux Valaisans, notamment ceux au fond de la piste de l’ours ainsi qu’à l’entrée de la ville de Sion ; sachant que la ville de Sion croît de 400 à 600 nouveaux habitants chaque année. Ces travaux seront réalisés par des entreprises valaisannes et profiteront ainsi aux entrepreneurs locaux.

Il y a certes de nombreuses raisons valables de s’opposer à l’organisation de Jeux Olympiques en Valais. Les JDCVr s’opposent à toute envie de gigantisme, à tout excès dans le budget et à tout manque de planification au niveau de la mobilité. Nous ne sommes qu’au début du processus, de nombreux éléments vont évoluer et c’est tant mieux !
Nous nous battrons contre la désinformation venant de certains milieux et sommes en faveur d’un débat ouvert avec des arguments crédibles et non une opposition systématique aux « Jeux Olympiques ». Les JDCVr souhaitent être des acteurs dans le développement du Valais de demain et saluent un projet qui permet d’accélérer la mue du tourisme valaisan et lui donnera une visibilité médiatique unique. Les acteurs touristiques des 4 saisons en profiteront et cela sera bénéfique pour tout notre canton. Changeons de point de vue et essayons de voir les Jeux Olympiques comme une chance à ne pas rater. Chacun et chacune peut apporter sa sensibilité au projet afin qu’il nous corresponde et fasse briller le Valais dans le monde entier.


Catégorie: Divers, News, Positions | Commentaires fermés sur Pour des JO durables et à taille humaine

Comments are closed.