Et on continuera à se serrer la main

Se serrer la main quand on se rencontre ou qu’on se quitte fait partie des usages courants de notre pays.  Ce geste est positif, il implique  ouverture au dialogue et loyauté. Le refuser, c’est signifier à l’autre mépris ou inimitié.

La décision d’une autorité scolaire de la campagne bâloise d’accepter que des garçons refusent de serrer la main de leur institutrice  est  totalement choquante et constitue une très mauvaise réponse à des revendications belliqueuses, relevant de pratiques religieuses extrémistes. Et que se passera-t-il lorsque ces jeunes, dans quelques années, se retrouveront dans un bus conduit par une femme, seront soignés par une dentiste, seront verbalisés par une policière ou dirigés par une femme dans l’entreprise ? (suite…)

Etudiants : pris en otage par la politique

Mercredi dernier, l’éditorial genevois « Le Courrier », par le biais d’un ancien étudiant, dénonçait la place « trop importante de la religion » au Lycée Collège des Creusets.
Quelques temps auparavant, au mois de juin, Benjamin Roduit, recteur du collège des creusets et vice-président du PDCvr se portait candidat au conseil national. En ce même mois de juin, le parti socialiste lançait son initiative « Pour un Valais laïc ». Enfin, en ce début du mois d’octobre, le corps enseignant et étudiant valaisan se retrouvait muselé par une nouvelle directive du Chef du Département de la Formation et de la Sécurité.
Ces évènements, pris séparément, ne présentent pas de liens apparents ; mais côte à côte, il devient essentiel d’y porter toute son attention.

Avec l’annonce des premiers candidats au conseil national, les partis nous dévoilent progressivement leur stratégie politique. Il est par exemple commun d’attirer l’attention de l’électorat par le biais d’initiatives tape à l’œil. L’initiative « Pour un Valais laïc » est pour le moins agitatrice. On voudrait, après des siècles de traditions empreintes des valeurs chrétiennes, dénuer la population valaisanne de son héritage. Benjamin Roduit, par le biais de son parti le PDC (parti démocrate Chrétien), est évidemment adhérant et promoteur de ces valeurs. Et c’est justement ce que lui reproche « le Courrier ». Nul besoin de rappeler les propos abjects du « Courrier », qui consistent au moins en une attaque à la personne, et au plus en la prise en otage de tous les étudiants.

(suite…)