Et on continuera à se serrer la main

Se serrer la main quand on se rencontre ou qu’on se quitte fait partie des usages courants de notre pays.  Ce geste est positif, il implique  ouverture au dialogue et loyauté. Le refuser, c’est signifier à l’autre mépris ou inimitié.

La décision d’une autorité scolaire de la campagne bâloise d’accepter que des garçons refusent de serrer la main de leur institutrice  est  totalement choquante et constitue une très mauvaise réponse à des revendications belliqueuses, relevant de pratiques religieuses extrémistes. Et que se passera-t-il lorsque ces jeunes, dans quelques années, se retrouveront dans un bus conduit par une femme, seront soignés par une dentiste, seront verbalisés par une policière ou dirigés par une femme dans l’entreprise ? (suite…)